18 sept. 2016

UN MOIS, UNE INTERVIEW | Rawia Arroum

Hey tout le monde, j'espère que vous allez bien !

Je suis super heureuse de revenir pour une nouvelle édition de Un mois, une interview ! :D Merci à Rawia Arroum de s'être prêtée au jeu ! ;)

© photo : Babelio
© modifications : Lectureavie
++++++++++++++++++++++++++++++

Pourquoi t’es-tu d'abord lancée dans les concours d'écriture ?

Les concours d'écriture, c'était l'occasion pour moi de m'exercer. Je voulais être fixée ; savoir si je pouvais me démarquer, donner envie grâce à mes histoires et surtout, avoir l'avis de professionnels du livre. C'est un très bon exercice avant d'envoyer son manuscrit à une maison d'édition, je pense. Avant le tremplin, j'ai enchaîné les concours littéraires locaux.

Qu'as-tu ressenti lorsque tu as gagné le Tremplin Black Moon ?

Je n'ai pas réellement gagné le Tremplin, j'ai obtenu le prix du public, mais c’était déjà énorme. J'étais complètement surexcitée. Je n'y croyais pas et d'un autre côté, je me disais « ça y est, tu vas être lue ! ». Pour une fois, je n'allais plus écrire seulement pour moi mais aussi pour les autres. Que demander de plus?

Quel est le livre qui t’a donné envie d'écrire ?

Il y en a tellement... Je suis fan de l'Assassin Royal de Robin Hobb, j'aime aussi beaucoup ce que fait Ruta Sepetys mais disons que c'est le young adult en général qui m'a donné envie de me lancer. C'est un genre qui me passionne et dont je ne pourrai jamais me lasser.

Quel est ton salon préféré ?

Le salon de Montreuil, bien évidemment ! :) C'est le premier salon auquel j'ai participé. Je m'y sens à l'aise, comme un poisson dans l'eau ! Tous ces livres, tous ces auteurs talentueux, les lecteurs, l'ambiance... c'est génialissime !

Es-tu en train de travailler sur un nouveau roman ? Si oui, que peux-tu nous en dévoiler ?

Alors, comment dire... Actuellement, je suis dans une phase cafouillage extrême. Je ne travaille pas sur un roman mais sur plusieurs et croyez-moi, ça devient plus une torture qu'une partie de plaisir ! Les idées ne veulent pas arrêter d'arriver et je me retrouve avec des manuscrits commencés et inachevés sans savoir sur lequel avancer. C'est extrêmement frustrant de ne pas savoir discipliner son imagination, mais je vais y arriver ! D'un côté je préfère ça que le syndrome de la page blanche. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il y a de tout dans ces nouveaux écrits, de la fantasy, de la dystopie...

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui n'ose pas se lancer dans l'écriture ?

ÉCRIVEZ ! Qu'avez-vous à perdre ? Rien. Qu'avez-vous à gagner ? Tellement de choses ; la fierté d'avoir écrit, le plaisir de le faire, une possible publication... Écrire est à la portée de tous et de toutes. Personne ne vous demande d'être des as de la plume. Écrivez ce que vous voulez, comme vous le voulez. Le principal est de commencer. Ensuite, rien ne vous empêche d'envisager une publication et de vous faire aider au préalable par un comité de lecture ou des amis, par exemple.

Lis-tu les chroniques de tes romans ? Comment réagis-tu en cas d’avis négatif ?

Oui ! C'était un exercice difficile au début car votre travail est jugé certaines fois sans égards. Il faut savoir mettre son égo de côté et comprendre pourquoi ça n'a pas forcément marché avec certains lecteurs. J'en suis à mon troisième roman et je comprends bien qu'il faut avancer petit à petit, apprendre et faire mieux. Je me considère encore comme débutante, je prends toutes les critiques et j'essaie d'en tirer le positif. Quant aux avis positifs, ils égayent ma journée et me permettent de me vanter :p C'est génial de lire des chroniques qui détaillent votre univers. En en lisant certaines, je me sens comprise. Je me me dis : "Tiens, c'est exactement ce que je voulais montrer ou transmettre".

Pourquoi avoir choisi d’écrire un livre avec la musique comme thème principal ? Est-ce que ça a une signification particulière pour toi ?

Ça m'est venu d'un coup, un beau jour. Une image est apparue dans ma tête ; celle de guerriers se battant à coups de notes de musique en provenance de guitares. C'est la scène qui fait office de prologue dans Le Voleur de Cour. Je l'ai écrite en premier et de là a découlé le reste. J'aime beaucoup la musique et je me suis amusée à replonger dans différents styles pour illustrer mes débuts de chapitres. Le voleur de cœur est un espèce d'hommage à la musique et à des artistes que j'aime beaucoup.


Merci d’avoir répondu à ces questions ! Un petit mot pour les lecteurs de cette interview ?

Merci de m'avoir lue et s'il y a de potentiels auteurs parmi vous je n'ai qu'une chose à vous dire : au plaisir de vous lire !

 ++++++++++++++++++++++++++++++++++

Voili voilou, j'espère que cette interview vous a plu ! :D Encore merci à Rawia Arroum ! <3

Des gros bisous,
Léa

4 commentaires :

  1. Très chouette interview j'ai été ravie d'en apprendre sur sur Rawia Arroum :) !!

    RépondreSupprimer
  2. Oh, je suis trop contente de lire cette entrevue ^^ J'ai complètement adoré Le Voleur de Coeur et Rawia Arroum était adorable sur Twitter ^^

    RépondreSupprimer
  3. Esce que tu aurais son adresse mail

    RépondreSupprimer

Un avis à me donner ? Une remarque ? Les commentaires sont faits pour ça, et font surtout plaisir !