3 janv. 2016

Je t'ai rêvé – Francesca Zappia

Coucou les amis, j'espère que vous allez bien ! ;D

On se retrouve pour ma chronique de Je t'ai rêvé, et j'espère qu'elle saura vous convaincre ! :P


Titre original (anglais) : Made you up
Auteure : Francesca Zappia
Nombre de pages : 442
Prix : 18,50€
Editions : Robert Laffont
Collection : R
Sortie : 12 novembre 2015
Lu en : français

Résumé

LA FOLIE EST SON QUOTIDIEN.
RIEN NE LA PRÉPARAIT À ÊTRE "NORMALE".

- On joue au jeu des vingt questions ?
- OK, mais c'est moi qui les pose cette fois.
- Ça marche.
- Si je le devine en moins de cinq questions, je serai vraiment déçue.
Il esquisse un sourire et répond :
- Ne m'insulte pas.
- Est-ce que tu es vivant ?
- Oui.
- Tu habites ici ?
- Oui.
- Je te connais ?
- Oui.
- Est-ce que je t'ai rêvé ?

Un premier roman bouleversant par la jeune prodige de vingt-deux ans qui a conquis John Green (Nos étoiles contraires).


Extrait

" Einstein a dit "La folie c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent." Je continuais à prendre des photos en espérant que je repérerais les hallucinations rien qu'en les regardant. Je me livrais à mes contrôle de périmètre en espérant finir par pouvoir me balader sans éprouver de bouffée de paranoïa. Chaque jour, j'espérais que quelqu'un me dirait que je sentais le citron.D'après la définition d'Einstein, j'étais folle."


Mon ptit com’s


            Le premier mot qui me vient pour écrire cette chronique, c’est juste : OMG. Je vous accorde que ce n’est pas un mot, mais ne pinaillons pas. Il décrit superbement mon ressenti après ma lecture.

            Dès le début, j’ai été emportée par la plume de l’auteure et par ses personnages si attachants. Je savais que cette lecture serait poignante, et j’avais extrêmement hâte, mais aussi tellement peur ! Je sentais que cette histoire serait dans le type de Nos étoiles contraires, Ma raison de vivre ou tant d’autres : elle nous détruit émotionnellement.


            Je me suis tout de suite attachée à Alex, notre personnage principal. Comme vous le savez, elle souffre de schizophrénie. On voit que ce n’est vraiment pas facile pour elle, et elle essaie de toujours faire le mieux possible. Elle veut être une normale, c’est vraiment une volonté féroce, et évidemment, ce n’est pas si simple, quand on est schizophrène.
            Concernant ce mystérieux garçon, celui qu’elle pense avoir rêvé, je l’ai adoré lui aussi. Il est extrêmement touchant, légèrement hors d’atteinte au début, pour qu’il se dévoile de plus en plus à nous et que nous tombions sous son charme.

            J’ai pleuré. Je n’ai pas pu me retenir face à cette histoire, les larmes ont coulé, impitoyables. A plusieurs reprises, d’ailleurs. Des petits discours qui nous serrent le cœur, nous laissant essayer de reprendre notre respiration face à de tels moments si poignants.


            Au fur et à mesure que les pages se tournent, on comprend de plus en plus ce que ressent et ce que vit Alex. Evidemment, c’est dur de se mettre réellement à sa place, mais on essaie du mieux possible. Et ses émotions nous transpercent avec une vivacité étonnante.

            C’est vraiment déroutant comme récit, car on est toujours sur nos gardes, on se demande si ça se passe réellement, ou si c’est une hallucination d’Alex. Les descriptions, les dialogues, rien ne sépare la réalité de la fiction. Alors comment savoir ? On a juste à se laisser porter, et à voir au fil du roman si tout était vrai… ou pas.

            En parlant des hallucinations, justement. Les gros chocs arrivent lorsqu’on voit qu’en réalité, ce n’était pas vrai. Ou que ça l’était, justement. Notre respiration se bloque, notre cœur se serre, et on ne peut s’empêcher d’afficher un air triste pour notre chère Alex. La frontière est mince entre la pitié et la compassion. Je pense qu’Alex, comme tout autre personne atteinte d’une maladie, déteste que l’on éprouve ces sentiments envers elle. Mais je pense que c’est impossible de s’en empêcher, c’est instinctif.

            J’ai envie de placer dans cette chronique une citation de Nos étoiles contraires. Malheureusement, je ne trouve pas celle exacte, alors je vais le dire avec mes mots. Si vous la connaissez, n’hésitez pas à me le dire en commentaires pour que je l’écrive !
            Francesca Zappia est pour moi une auteure qui arrive superbement à décrire la schizophrénie sans être elle-même schizophrène.
            Je l’ai très mal dit, désolée. Mais je pense que vous avez plus ou moins compris ; tout du moins, je l’espère.

            L’histoire monte donc crescendo, car elle se déroule sur une année scolaire. On découvre des pans de la vie d’Alex, l’évolution de sa maladie et de ses relations avec les autres.
           
            On arrive alors à une fin en apothéose. J’ai eu l’impression de retenir ma respiration durant toute la fin, dans le sens large du terme. Je lisais, sans pouvoir m’arrêter. Et lorsque j’ai lu la dernière phrase, mon regard est resté fixe, figé dans le vague, comme vide à l’intérieur.
            Je suis restée immobile pendant quelques minutes, réfléchissant à ma lecture, le cœur battant. A ce moment-là, notre cerveau tourne à cent à l’heure, on est tremblants de quitter ce roman, et de la fin que nous offre l’auteure.

            Il faut savoir que Francesca Zappia ne nous ménage pas, elle nous offre la vérité crue, à travers les yeux d’Alex, à travers ses pensées. Tous les personnages ajoutent quelque chose à l’histoire, la rendant plus vivante, plus touchante, plus réelle.

            Je n’ai pas vu défiler les pages. La plume de Francesca Zappia est fluide et extrêmement – et je pèse mes mots – addictive. Lorsque je devais m’arrêter de lire, l’histoire me trottait dans la tête, hantait mes pensées, me donnant envie de replonger dès que possible dans ce livre passionnant.

            Je finis cette chronique en vous obligeant, pardon, en vous conseillant fortement de lire ce magnifique roman ! Il est addictif, touchant, poignant et nous ouvre l’esprit, poignardant notre cœur, nous traversant d’une multitude d’émotions.
            Vous n’êtes toujours pas convaincus ? Dîtes-moi ce qu’il faut pour vous convaincre, je vous le dirai. Il faut lire ce livre.



EN CONCLUSION, un magnifique roman qui traite d’un sujet « tabou » avec brio (avec qui ? désolée, je me tais).
La plume de Francesca Zappia est tout simplement sublime, transcendante et criante de vérité.
Les personnages, l’histoire, tout est génial. Peu importe votre avis, lisez ce livre. C’est impossible qu’il vous laisse de marbre. Il fait remuer en nous une multitude d’émotion, nous serrant le cœur et nous coupant la respiration ou nous faisant rire.

Bref, ce livre est à lire absolument. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !


++++++++++++++++++++++++++++++++++
L'avis de ma partenaire BFF :
Livre dans sa PAL.

L'avis des partenaires du blog :

++++++++++++++++++++++++++++++++++

Alors alors, avez-vous lu ce livre ? Vous en avez pensé quoi ?
Si non, je vous ai convaincus ? :D *sourit d'un air innocent*

Des gros bisous !
Léa

Just One (décembre 2015)

Coucou les amis, j'espère que vous allez bien ! :D

On se retrouve pour le Just One du mois de décembre ! <3




"Voici un nouveau rendez-vous pour compléter mon bilan du mois. Il s'agit de faire un choix, juste un, d'où le titre, parmi plusieurs catégories. Cela permettra peut-être de donner encore plus envie aux lecteurs de  découvrir l'ouvrage en question." Sur le blog de Louve. (Pris sur le blog d'Audrey)


Bilan du mois :
❀ Log Horizon ❀
❀ Zodiaque ❀
❀ Sword Art Online #2 ❀
❀ Le feu secret 
❀ Rebels ❀
❀ Kaleb #1 [relecture] ❀
❀ Kaleb #2 ❀
❀ La classe de mer de Monsieur Ganèche ❀
❀ Dans le désordre ❀